Les paysans de l'AMAP

L'ensemble de nos paysans en AMAP sont labellisés bio

Hugues Trachet

Hugues est notre maraîcher depuis la saison 2015-2016.

Animé par de fortes valeurs et convictions personnelles, il milite depuis 2007 au côté de l'association Greenpeace. C'est avec ces convictions profondes de respect de la Nature et de l'Homme, de respect de la transparence dans l'activité paysanne, l'envie de nourrir les gens sainement et d'agir localement qu'il a démarré une reconversion de dessinateur industriel en maraîcher biologique.

Hugues devient amapien à Vascq'Amap en 2013. Il obtient son BPREA (Brevet Professionnel de Responsable d'Exploitation Agricole) en 2014 et démarre un partenariat avec Bruno Roche sur la ferme du Coeur Joyeux à Quesnoy sur Deûle. On lui propose de devenir le maraîcher de Vasc'Amap en 2015 et il commence à exploiter les serres de Lompret en parallèle du partenariat avec le Coeur Joyeux pour assurer un volume de légumes suffisant pour les 80 familles souscrivant un contrat légumes. Ce partenariat avec Bruno Roche étant terminé depuis la fin de l'année 2016, Hugues exploite de manière provisoire une plus grosse parcelle sur les terres du Lycée Agricole de Lomme à Lompret.

Hugues est aujourd'hui un paysan sans terre bien qu'il ait souscrit un contrat de culture avec le Lycée horticole pour 2017 et dont la reconduction n'est pas garantie. Son installation en ces lieux est donc provisoire.

L'AMAP trouve alors toute sa raison d'être puisque nous pouvons soutenir Hugues en menant des actions citoyennes en sa faveur auprès des élus locaux. Même si ces actions n'ont pas encore permis son installation définitive, nous espérons qu'elles porteront leurs fruits rapidement afin que Hugues puisse continuer à nourrir les 80 familles de notre AMAP.

Ferme de la Boucaulde

Agathe et Franck de Sousa élèvent des vaches, transformant leur lait en produits laitiers (yahourt, crème dessert, fromage blanc, fromage frais, crème, beurre etc). Leur ferme se situe à Flines-lès-Mortagne, à environ 35 km à vol d'oiseau de Villeneuve d'Ascq, et 35 minutes en voitures quand la circulation le permet. Leur ferme correspond à une superficie de 30 hectares dont :

Ils possèdent quinze vaches laitières (environ un tiers de bleue du Nord et deux tiers de Holstein), et 26 chévrettes récemment acquises. Un petit historique par Franck:

Je me suis installé sur la ferme de mes grands-parents en avril 2010, prenant la suite de mon père qui a mis de côté son métier de maçon pendant une dizaine d’années pour permettre le relais entre les deux générations.

La ferme comportait alors un élevage laitier dont la totalité de la production était vendue en laiterie. Les revenus étant insuffisants, j’ai cherché à développer une activité complémentaire. J’ai rencontré un petit groupe de personnes du village à la recherche d’un maraîcher. Le concept de l’AMAP m’a tout de suite plu et j’ai rapidement pu contribuer à la création de d'une AMAP légumes : l'AMAP de la Boucaulde.

Entre temps, je me marie et avec ma femme Agathe, nous accueillons rapidement notre petite Jade, en août 2013.

Fin 2013, la laiterie nous annonce qu’elle arrêtera la collecte de notre lait car nous ne correspondons pas à leur charte. Nous sommes contraints de quitter la laiterie.

Nous nous lançons alors à deux dans la fabrication des produits laitiers. Agathe suit une formation yaourt et fromage frais durant l’hiver 2014-15 et moi, je suis une formation fromage affiné, glace, désert lait. Les locaux sont facilement aménageables et nous autofinançons les travaux tant bien que mal avec de petits coups de pouces familiaux.

Au printemps 2014, nous démarrons la conversion en bio qui concrétise nos pratiques et notre vision de l’agriculture. Le label devrait être obtenu le 15 mai 2016.

La vente auprès des adhérents de l'AMAP de la Boucaulde a été une évidence dans la continuité du partenariat légumes et pour rester cohérents dans notre envie de vendre en mains propres nos produits. Mais étant donné la quantité de lait à écouler, nous nous sommes tout naturellement tournés vers les autres AMAP, sachant bien que nous partageons les mêmes valeurs.

Vergers de Chorette

Julien Trublin approvisionne VAscq’Amap en pommes, poires, jus de pommes, poulets, pintades et œufs bio.

Les pommes et les poires livrées à l’ AMAP sont les fruits de la production de Julien Trublin qui exploite depuis 2009 «les Vergers de Chorette». Situé à Lecelles, village à la limite de la frontière belge non loin de Saint Amand les Eaux, à 23 km de V d'Ascq, le verger existe depuis une vingtaine d’années. Il compte aujourd’hui 2400 arbres fruitiers plantés sur 4 hectares, ils donnent environ 65 tonnes de fruits par an. On dénombre 26 variétés de pommes : jonagold, boskoop, melrose, idared, reine des reinettes, reinette clochard, gala, galaxy, elstar, pilot, mairac, goldrush, macintoch, fiesta, pinova, chanteclerc, fuji, initiale, cox orange, alkemen cox, suntan cox, karminj, pirouette, akane, belle de juillet, archarm. Une partie de la production est transformée en jus de pommes pressées, mis en bouteilles au Lycée de Genech. Ce jus, très doux, est constitué d’un assemblage de 12 variétés de pommes. Les années de production normale, 5000 litres sont vendus en AMAP ou dans les magasins de son réseau de distributeurs.

Dans le verger, les poiriers ont une place plus restreinte, puisque ce sont 4 variétés de poires : conférence, président héron, général Leclerc, comice, pour environ 200 arbres.

L’essentiel du temps de Julien est consacré à l’entretien du verger, qu'il mène avec rigueur et enthousiasme. Des greffes permettent de tester de nouvelles variétés... Les remèdes contre les maladies sont concoctés à base de plantes ou d'écorces d'arbres, aucun produit chimique n’est utilisé pour le traitement des fruitiers.

En avril 2017, un coup de gel régional a touché les arbres en pleine floraison. Comme de nombreux autres vergers, celui de Lecelles a perdu une grosse partie de sa récolte (environ 90%). Dans ces situations difficiles, l’AMAP soutient les paysans en révisant les prix d’achat des produits. Lors d’une assemblée, en juin, VAscq'amap a proposé un tarif solidaire et militant pour combler en partie la perte des fruits.

Pour pallier aux aléas, depuis 2016, Julien a diversifié son activité et il a construit trois poulaillers dans une pâture proche, 1000 volailles (poulets et pintades) y sont élevés à l’année. Depuis septembre, 50 poules pondeuses passées au bio complètent la production. De nouveaux produits pour compléter régulièrement notre panier amapien !

Dernière corde à son arc qui lui permet de mêler métier et passion: Julien a monté un élevage d’une quinzaine de chiens cockers/labradors.